Liquid error (sections/custom_mobile-menu line 86): Expected handle to be a String but got LinkListDrop
  • Group 27 Connexion

Noé - La tour de Babel ; Unité et non uniformité

 L'histoire de la tour de Babel, qui figure dans la paracha hebdomadaire de Noé, est l'une des histoires les plus merveilleuses de la Torah. Elle nous révèle le secret de la dispersion de la culture humaine. La Torah décrit qu'une génération après que l'humanité a inondé le monde de violence et de larcins, ce qui a entraîné sa destruction par un déluge, tente de construire une tour pour prévenir la prochaine inondation.

Quel est le lien entre la Tour de Babel et la prévention du déluge ? Le Midrash suggère qu'ils voulaient construire une tour qui soutiendrait le firmament et l'empêcherait de s'effondrer et d'inonder le monde à nouveau. Il est clair que la Torah ne nous raconterait pas une histoire aussi enfantine sans intentions sous-jacentes.

L'intention est qu'ils se rendent compte que la violence naît du fait que les humains sont différents les uns des autres. C'est ainsi que l'idée totalitaire a vu le jour, dans le but de créer une humanité unifiée. Comment créer une humanité unifiée ? En faisant en sorte que tout le monde s'engage dans la même chose. Tout le monde, ensemble, construira une tour. Des gens naîtront pendant la construction de la tour et mourront sans jamais voir la structure achevée. En d'autres termes, il s'agit d'une société humaine où l'individu n'a plus d'importance et ne trouve de valeur que dans le collectif.

C'est ce qu'exprime le Midrash des Pirkei De Rabbi Eliezer. Nous y lisons : "Lorsqu'une personne faisait une chute mortelle de la tour pendant sa construction, personne n'y prêtait attention.

En revanche, si une brique tombait et se cassait, tout le monde pleurait et disait : "Combien de temps faudra-t-il pour qu'elle soit remplacée ?"

Le résultat nous montre clairement que leur tentative a échoué. L'idée de créer une humanité où il n'y a pas de différences entre les identités, ni entre les cultures, ni entre les personnalités - finira, malgré toutes les bonnes intentions qui la sous-tendent, par créer une sorte d'enfer.

Par la suite, après la chute de la Tour, on assiste à une nouvelle tentative d'unification des hommes. Cependant, cette tentative n'est qu'évoquée dans la Torah et a été faite par un certain Ashur. Comme il est écrit : "De cette terre sortit Ashur." Rachi dit que, Ashur ayant vu que ses fils s'étaient rebellés, à l'endroit où ils avaient obéi à Nemrod et construit la tour, il les laissa et sortit seul par ses propres moyens. Nous voyons que cet homme, Ashur, le fondateur de la nation assyrienne, est en fait un homme juste. Il a rejeté la notion selon laquelle les individus n'ont pas d'importance. Nous pourrions nous demander pourquoi il n'a pas été élu pour constituer un peuple choisi afin de racheter l'humanité ?

La réponse est très simple. Les Assyriens se sont rebellés contre Nemrod, mais ils ont construit Ninive. Ninive est l'alternative à Babel, mais : "Mais à Ninive il y a aussi Babel". En d'autres termes, le rebelle veut souvent être le chef lui-même. C'est pourquoi il se transformera parfois en un dirigeant plus difficile que le tyran qu'il a combattu.

Nous apprenons que ce n'est qu'après toutes ces tentatives que la merveilleuse figure de notre ancêtre, Abraham, apparaît. La Torah dit de lui : "Et en toi seront bénies toutes les familles de la terre". La tâche d'Abraham n'est pas d'imposer son identité à l'ensemble de l'humanité mais, au contraire, il entend être un point de rencontre pour tous les peuples de la terre.

C'est le beau concept de " un peuple choisi parmi toutes les nations ". Le but est que toutes les nations sentent qu'il y a un point central qui irradie le bien sur tous, sans leur demander de changer. La leçon à en tirer est celle de l'unité et de l'unicité, mais pas de l'uniformité. L'unité signifie que tous les individus différents subsistent dans leur diversité, mais sont connectés à un point central par l'amour.

C'est le destin et le but du peuple d'Israël.

Vairāk nedēļas nodaļu

Liens maternels et Envie : Effets Psychologiques dans la Tradition Juive

Approfondir la Paracha Tazria, cette étude examine les lois de la Torah relatives à l'impureté et aux offrandes après la naissance d'un enfant dans le Judaïsme, en opposition aux perspectives Chrétiennes. Elle examine les impacts psychologiques des rituels d'accouchement, y compris la jalousie mère-enfant, et la signification des vœux d'expiation pour les mères. Comprendre les complexités de l'accouchement dans la tradition Juive permet de mieux comprendre à la fois les pratiques religieuses et les effets psychologiques sur les individus.

Au-delà de la Création : Le Huitième Jour et la Rencontre à Venir

Cet article se penche sur l'interprétation de la Torah, en examinant ses subtilités dans le contexte du Tabernacle, de l'incident de Nadab et Abihu, et de la Torah Orale étudiée dans la Maison d'Étude. Il met en lumière le captivant désaccord entre Moïse et Aaron, et éclaire les différences entre la Torah de Moïse, qui met l'accent sur la perfection, et la Torah d'Aaron, qui propose l'expiation.

L'Harmonie dans la Dévotion : l'Équilibre entre les Actes Volontaires et les Actes Obligatoires dans le Judaïsme

Étudier les différences qui existent entre les sections de la Torah Vayikra et Tzav, en analysant la dynamique des offrandes volontaires de Nedavah par rapport aux sacrifices ordonnés dans le judaïsme. Examiner l'équilibre complexe entre le fait de maintenir  la pureté des intentions dans l'accomplissement des Mitzvot, en réfléchissant aux aspects uniques des sacrifices de Olah et de Shelamim. Découvrir la signification profonde de l'ordre des offrandes dans la Torah, en élucidant l'interaction entre les actions volontaires et les actions obligatoires dans la vie juive.

Recherche