Liquid error (sections/custom_mobile-menu line 86): Expected handle to be a String but got LinkListDrop
  • Group 27 Connexion

Élargir les Horizons : Comment les Fêtes Juives Évoluent Au-Delà des Temps Bibliques

Le thème principal de la Paracha Emor est la sainteté des temps, avec une liste complète des fêtes juives, à commencer par le Shabbat, Rosh Chodesh (nouveaux mois), la Pâque, la Fête des Pains sans Levain, le Septième Jour de la Pâque, Shavuot, Rosh Hashanah, Yom Kippour et Sukkot. Toutes ces fêtes sont liées d'une manière ou d'une autre au Temple, associant la sainteté du temps à la sainteté du lieu, comme le précise le livre du Lévitique. Cette liste détaillée est assez impressionnante.

Cependant, à la fin de cette liste, il y a un verset particulier : « Moïse exposa aux enfants d'Israël [ces lois] sur les jours consacrés par l'Éternel ». (Lévitique, 23;44). Cette affirmation peut sembler triviale et banale, car il est évident que lorsque le Saint, béni soit-il, a demandé à Moïse de transmettre quelque chose aux enfants d'Israël, Moïse est allé leur parler. Alors, pourquoi est-il nécessaire d'affirmer : « Moïse exposa les fêtes de l'Eternel » ? Nous pouvons en déduire que Moïse a enseigné aux enfants d'Israël comment perpétuer et sanctifier d'autres temps que les fêtes de la Torah. Ces fêtes de la Torah sont destinées à nous rappeler les événements de l'Exode, en marquant les différentes étapes de l'Exode. Mais tout au long de l'histoire, le Saint, béni soit-Il, continue de se révéler au peuple d'Israël à travers d'autres événements spéciaux tels que Hanouka, Pourim, et bien d'autres encore. 

Immédiatement après le verset relatif à la proclamation des fêtes par Moïse, on trouve une séquence apparemment déplacée concernant l'huile utilisée dans la Ménorah du Temple. Nous voyons ici une allusion au fait que juste après Souccot, il y a une fête liée à la Ménorah du Temple qui apparaîtra plus tard dans l'histoire - il s'agit de Hanouka, la fête des Hasmonéens, ce qui suggère que de nouvelles sanctifications du temps émanent du Temple.

Vient ensuite une section plus restreinte concernant les pains de proposition, composés de 12 pains. Le pain est à la base de chaque repas, ce qui laisse présager d'une future fête centrée sur un repas qui se déroulera au cours du 12e mois, c'est-à-dire à Adar - nous avons donc les bases de la célébration de Pourim.

Que se passe-t-il ensuite ? Un épisode sombre sur le blasphémateur, qui est lié de manière ambiguë soit au peuple juif, soit à la nation égyptienne. Il est hébreu par sa mère, de la tribu de Dan, mais culturellement égyptien par son père, comme Moïse. En tant que rédempteur, Moïse est lié à la fois à la culture égyptienne et à la nation hébraïque, sa patrie. C'est pourquoi Moïse avait du mal à parler.

De même, ce blasphémateur, qui a également du mal à s'exprimer, parle avec insolence. Finalement, il est frustré lorsque tous ceux qui l'entendent semblent appliquer leurs mains sur sa tête, comme s'il s'agissait d'un service sacrificiel à l'extérieur du Temple. Cela annonce une prochaine troisième fête qui naîtra de l'audace - l'audace des enfants d'Israël dans la génération qui apporte la rédemption, le Jour de l'Indépendance.  Ainsi, nous avons des indices de processus historiques à long terme qui émergent du sacré et complètent la sainteté des temps à travers les enfants d'Israël.

Vairāk nedēļas nodaļu

Élargir les Horizons : Comment les Fêtes Juives Évoluent Au-Delà des Temps Bibliques

La Paracha Emor met l'accent sur la sainteté élevée des temps et des lieux, en dressant la liste des principales fêtes juives liées au Temple, telles qu'elles sont abordées dans le Lévitique. Elle aborde la manière dont Moïse a communiqué ces fêtes aux enfants d'Israël et introduit des concepts de longue haleine tels que l'ajout de fêtes au-delà du champ d'application de la Torah. Le récit relie la Ménorah et le Temple à de nouvelles célébrations telles que Hanouka, et le rituel des Pains de Proposition à Pourim, indiquant des traditions évolutives qui continuent à sanctifier le temps par le biais de révélations historiques et divines.

Dévérouiller la Sainteté : Un Réveil Spirituel

En examinant le commandement de la sainteté, l'article se penche sur ses aspects relationnels, soulignant la nécessité pour les humains d'imiter le divin dans leurs interactions. Il traite de l'importance d'aimer les autres, soi-même et le Créateur, en s'appuyant sur des interprétations talmudiques pour souligner l'interconnexion de ces dimensions. En favorisant des relations holistiques, les individus peuvent remplir leurs devoirs moraux et atteindre un sentiment de plénitude dans leur identité morale.

Du désert à la Terre Promise : l'Évolution de la Consommation de Viande Cachère

Dans la Paracha  A'harei Mot, la Torah restreint la consommation de viande dans le désert afin de prévenir l'idolâtrie. Seuls les sacrifices d'animaux casher dans le Tabernacle étaient autorisés. L'abattage non autorisé était considéré comme une transgression grave, proche du meurtre. En entrant dans la Terre d'Israël, les Israélites ont été autorisés à consommer de la « viande de désir » n'importe où, symbolisant l'espace sacré élargi du Tabernacle et du Temple.

Recherche