Liquid error (sections/custom_mobile-menu line 86): Expected handle to be a String but got LinkListDrop
  • Group 27 Connexion

Harmonie des mondes : Jacob, Esaü et la lutte pour le double héritage

La paracha de Toldot commence par : " Ceci est l'histoire d'Isaac, fils d'Abraham". Quelle est la nature de cette histoire ? Rachi, le principal commentateur, explique qu'il s'agit de ses fils, Jacob et Ésaü, mentionnés dans la section hebdomadaire. 

Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie que Jacob et Ésaü expriment, dans une certaine mesure, les idéaux d'Abraham et d'Isaac. On dit qu'Abraham incarne la bonté, tandis qu'Isaac représente le jugement. Il en va de même pour Jacob et Ésaü. Jacob adopte principalement la bonté d'Abraham, et Esaü incarne le jugement d'Isaac.

Cependant, ils ne sont pas exactement semblables à leurs pères, car Abraham et Isaac étaient justes. En revanche, dans le cas de Jacob et d'Ésaü, l'un était juste et l'autre méchant. Veuillez noter que nous ne parlons pas exclusivement de leur comportement mais de leur identité. Il est dit : "Et les garçons luttèrent dans son sein (celui de Rebecca)". Encore une fois, nous nous tournons vers le commentaire de Rachi : ils se sont disputés l'héritage de deux mondes. 

Quels sont ces deux mondes ? Nous connaissons bien ce monde-ci et le monde à venir grâce aux leçons précédentes (voir : Vivre deux fois). Mais que veut chacun d'entre eux ? Si nous disons que Jacob veut le monde spirituel à venir et que Ésaü veut ce monde matériel, il n'y a pas de conflit !  Chaque fils accepte que l'autre prenne la part restante. Alors, pourquoi se disputaient-ils ? 

D'autre part, Rabbi Yehuda Lowe, le Maharal de Prague, a expliqué que chacun voulait les deux mondes. Jacob, en effet, avait un penchant naturel pour le monde à venir. Et il est clair pour nous que la spiritualité est plus vitale chez Jacob. Néanmoins, le défi de la mission de Jacob est aussi d'hériter de ce monde. 
Peut-être parce que cela ne vient pas naturellement à Jacob, nous voyons que tout au long de l'histoire des enfants de Jacob, les Juifs n'ont bénéficié de succès politiques que dans des périodes limitées. Cependant, leur tâche consiste à se réconcilier avec ce monde et d'en hériter pour obtenir la sainteté de sa place dans ce monde matériel. Comme nous l'avons fait à notre époque, avec le retour à Sion et la création de l'État d'Israël.
 
En revanche, ce monde était garanti aux descendants d'Edom, Esaü, dont le destin est accompli par Rome et l'Occident. Ce monde va de soi, à tel point que les sages ont laissé entendre que le nom d'Ésaü a la valeur numérique de la paix en hébreu. Cela s'explique par le fait que c'est lui (Ésaü et ses descendants) qui gouverne ce monde ; c'est lui qui détermine la "paix" pour tous. En revanche, son problème est le monde à venir. À cette fin, les Édomites (Romains) ont adapté la théologie chrétienne pour sauver l'homme du néant et lui ont promis qu'il hériterait du monde à venir. Notre paracha, Toldot, montre que Jacob et Ésaü luttent pour se compléter. Jacob, en recevant finalement aussi bien la bénédiction d'Abraham que celle d'Ésaü, devient non seulement Jacob, quelque peu faible spirituellement en fin de compte, mais aussi Israël. 

Comment ce changement se produit-il ? En reliant les mondes spirituel et physique, Jacob devient digne d'être appelé "Israël" lorsqu'il intègre la bénédiction d'Ésaü. 

Vairāk nedēļas nodaļu

Liens maternels et Envie : Effets Psychologiques dans la Tradition Juive

Approfondir la Paracha Tazria, cette étude examine les lois de la Torah relatives à l'impureté et aux offrandes après la naissance d'un enfant dans le Judaïsme, en opposition aux perspectives Chrétiennes. Elle examine les impacts psychologiques des rituels d'accouchement, y compris la jalousie mère-enfant, et la signification des vœux d'expiation pour les mères. Comprendre les complexités de l'accouchement dans la tradition Juive permet de mieux comprendre à la fois les pratiques religieuses et les effets psychologiques sur les individus.

Au-delà de la Création : Le Huitième Jour et la Rencontre à Venir

Cet article se penche sur l'interprétation de la Torah, en examinant ses subtilités dans le contexte du Tabernacle, de l'incident de Nadab et Abihu, et de la Torah Orale étudiée dans la Maison d'Étude. Il met en lumière le captivant désaccord entre Moïse et Aaron, et éclaire les différences entre la Torah de Moïse, qui met l'accent sur la perfection, et la Torah d'Aaron, qui propose l'expiation.

L'Harmonie dans la Dévotion : l'Équilibre entre les Actes Volontaires et les Actes Obligatoires dans le Judaïsme

Étudier les différences qui existent entre les sections de la Torah Vayikra et Tzav, en analysant la dynamique des offrandes volontaires de Nedavah par rapport aux sacrifices ordonnés dans le judaïsme. Examiner l'équilibre complexe entre le fait de maintenir  la pureté des intentions dans l'accomplissement des Mitzvot, en réfléchissant aux aspects uniques des sacrifices de Olah et de Shelamim. Découvrir la signification profonde de l'ordre des offrandes dans la Torah, en élucidant l'interaction entre les actions volontaires et les actions obligatoires dans la vie juive.

Recherche