Liquid error (sections/custom_mobile-menu line 86): Expected handle to be a String but got LinkListDrop
  • Group 27 Connexion

Le dévoilement du cœur : Au carrefour de la croyance et de l'action

La Torah orale nous enseigne que les transgressions commises par une personne contre le Créateur peuvent faire l'objet d'une demande de pardon au Créateur le jour de Yom Kippour par le jeûne, la prière et la charité. En revanche, pour les transgressions commises par une personne contre son ami, il ne suffit pas de demander pardon à Dieu le jour de Yom Kippour ; il faut demander pardon à la victime elle-même. 

Mon comportement reflète ce que je crois vraiment.  

La croyance en Dieu semble correspondre à une relation entre l'homme et Dieu. En revanche, la manière dont je traite les autres et dont je me comporte avec eux appartient à une autre dimension - entre une personne et une autre. 

Il s'agit là d'une compréhension erronée !
Le fameux verset de la Torah : "Aime ton prochain comme toi-même, je suis Dieu", révèle un lien essentiel entre ces deux dimensions. On peut dire que c'est plus qu'un simple "lien" entre ces dimensions, c'est la même chose. 

Lorsqu'une personne ne se comporte pas correctement envers les autres, croit-elle que nous sommes tous des créatures d'un seul et même Créateur ? 

Le comportement d'une personne en tant que personne, en tant qu'âme vivante, révèle ce qu'elle pense. C'est aussi ce que nous enseigne le verset : pourquoi se comporter selon le principe "aime ton prochain comme toi-même" ? Comme il est écrit dans le verset suivant, la raison en est que "Je suis DIEU". Le commandement vient du Créateur, qui nous a créés et nous a donné la vie. Il s'adresse également au collègue qui se trouve à côté de moi. 

Lorsque nous pensons de cette manière, notre comportement envers les autres sera automatiquement éthique.

[L'interaction sacrée entre croyance et comportement]. 

Articles liés

Recherche