Liquid error (sections/custom_mobile-menu line 86): Expected handle to be a String but got LinkListDrop
  • Group 27 Connexion

But du temps et de l'espace

Les philosophes et les scientifiques ont déployé de grands efforts pour définir les concepts de temps et d'espace. Cette question a préoccupé beaucoup de gens parce que le temps et l'espace définissent les limites du monde de l'homme. Certains des philosophes ont joué avec l'idée de savoir si le temps et l'espace sont subjectifs (Kant) ou objectifs (Descartes), ou peut-être une illusion (Berkeley). La science moderne a adopté une approche selon laquelle le temps et l'espace sont directement liés à la masse (Einstein). Une proposition consiste à considérer le temps comme une interface entre l'humanité et le monde (Bergson). Une autre question qui a été soulevée est de savoir si le temps et le lieu ont des valeurs minimales, un concept similaire aux "atomes" (les philosophes arabes appelés "Mutkalmin" par le Rambam), ou sont un continuum (Aristote). Ainsi, l'humanité a étudié ces deux concepts pour trouver des définitions qui satisfassent leur curiosité intellectuelle.

Cependant, un sujet n'a pas encore été abordé. Pourquoi le temps et l'espace existent-ils ? Les sages d'Yisrael ont en effet discuté de cette question, mais d'un point de vue moral et pas nécessairement comme une poursuite scientifique.

L'espace est ce qui nous donne la capacité de séparer une personne d'une autre. Si nous n'étions pas séparés par la distance, nous aurions l'impression d'être la même personnalité. Un tel état ne permettrait pas le développement de réactions mutuelles entre différentes personnes, et il n'y aurait donc aucun fondement pour le concept de moralité. C'est ce que les sages voulaient dire en disant: "Rien n'existe qui n'ait sa place" [Avot 7:3]. Sans règles pour la relation entre une personne et une autre, il serait impossible d'observer le commandement, "Aime ton prochain comme toi-même" [Lévitique 19:18], que Rabbi Akiva a déclaré être le principe principal dans la Torah - et dans un tel cas le monde entier deviendrait l'Enfer (Levinas).

Le temps est ce qui permet d'acquérir le privilège d'exister. Sans le temps, nous ne pourrions pas insister sur les exigences de la justice car l'humanité est si chétive qu'elle ne peut se dresser contre l'éternité de D.ieu. C'est sans aucun doute vrai dans le cas d'une créature qui a péché. Le Ramchal explique que le temps a été donné aux pécheurs pour qu'ils puissent rectifier ce qu'ils ont déformé. Même si aucun péché n'a été commis, il faut du temps pour établir les bases d'une personnalité et acquérir le privilège de l'existence. C'est l'essence du trait Divin de miséricorde ("rachamim"). Le nom vient du mot pour un utérus ("rechem"), une place qui a été donnée aux êtres vivants pour que pendant la grossesse, ils développent les outils pour leur permettre de faire face au monde extérieur après leur naissance.

La justification de l'existence du temps et de l'espace étant une démarche éthique, leur nécessité relève d'une exigence morale. Par conséquent, une fois que l'humanité aura acquis le droit d'exister, le concept de lieu ne sera plus nécessaire et toutes les âmes seront unies par l'amour mutuel. Ceci est expliqué dans le Tanya (chapitre 12) - que tous les habitants d'Yisrael sont une seule âme qui apparaît dans des corps séparés. De plus, le monde s'élèvera au-dessus du continuum du temps historique et atteindra le niveau du monde supérieur. C'est la vie éternelle.

Articles liés

Un pont entre les religions Lettre ouverte à l'islam : Partie 1

Rabbi Oury Cherki's "A Bridge between Faiths: An Open Letter to Islam, Part 1" delves into the intricate dynamics between Judaism and Islam post the 2023 Hamas attack on Israel. The piece probes the philosophical and legal facets of Islam's status in Jewish literature, uncovering points of unity and contention. Cherki scrutinizes Islam's potential for spiritual progress and calls for a nuanced understanding amid the unique historical context. The article accentuates the scarcity of literature exploring Judaism's stance on Islam, presenting itself as a contribution to fostering mutual comprehension.

Cherki elucidates the shared beliefs in monotheism, rejecting God's corporeality and idolatry, while acknowledging differences in their understanding. Notably, he highlights the significance of the Seven Noahide Laws, urging Islam to embrace them more unequivocally for enhanced cooperation. Judaism's recognition of Islam as a sister religion and the potential for collaboration are explored alongside historical perspectives, celebrating the initial affinity between the two faiths.

However, the article confronts substantial disagreements, including Islam's assertion of the nullification of the Mosaic Torah and claims of corruption by Jews. It underscores the necessity for Islam to acknowledge the eternal validity of the Torah and the divine promise of the Jewish return to their homeland. Cherki posits three prerequisites for Judaism to accept Islam as a legitimate religion for all, calling for recognition, abandonment of claims of corruption, and acknowledgment of the divine promise.

Concluding with a call for peace, Rabbi Oury Cherki sets the stage for Part 2, promising an exploration of Muhammad's status, Judaism's potential contributions to Islamic faith, and more. This open letter seeks to build a bridge between the believers in the One God, urging Islamic religious leadership to engage in dialogue on critical issues for future harmony.

Recherche