Liquid error (sections/custom_mobile-menu line 86): Expected handle to be a String but got LinkListDrop
  • Group 27 Connexion

Est-il possible de remplacer la nation hébraïque ?

L'hypothèse de base est la suivante : alors qu'un individu peut perdre ses droits en tant que Juif, la nation hébraïque reste à jamais l'enfant de D.ieu .

Il est écrit : « Vous êtes fils de votre D.ieu » [Deutéronome 14 : 1]. C'est un grand honneur d'être le fils du Saint, béni soit-Il, en tant que nation entière, comme il est écrit : "Mon fils premier-né est Israël" [Exode 4:22]. Cette expression d'honneur nous oblige à faire un effort particulier , plus de sept commandements .

Mais que se passe-t-il lorsque nous n'agissons pas comme un fils devrait le faire ?

Les rabbins ne sont pas d'accord sur la réponse à cette question.

Rabbi Yehuda dit que lorsque nous agissons en tant que fils, nous sommes appelés fils, mais sinon, nous ne sommes pas appelés fils .

Mais le rabbin Meir dit, dans tous les cas, nous sommes toujours appelés fils . (Kidouchin 36a). Rabbi Meir a plusieurs preuves de son opinion. Par exemple,

  1. « Enfants destructeurs » [Ésaïe 1 : 4] – nous sommes appelés enfants même lorsque nous sommes destructeurs.
  2. "Fils qui ne sont pas fidèles " [Deutéronome 32:20] – même s'ils n'ont pas la foi .
  3. "Et il sera, au lieu de leur dire: 'Vous n'êtes pas ma nation ', on dira ' fils du D.ieu vivant'" [Osée 2:1].

Nous pouvons trouver de nombreux versets pour montrer que Rabbi Meir a raison.

Par conséquent, même si, en général, lorsqu'il y a un différend entre Rabbi Meir et Rabbi Yehuda, la halakha suit l'avis de Rabbi Yehuda, cette fois est une exception. Dans ce cas, nous gouvernons selon Rabbi Meir. Le Talmud continue de discuter longuement de l'opinion du rabbin Meir car son opinion est acceptée comme la halakha.

Maintenant, nous pouvons comprendre ce que le Rashba (rabbin influent qui a vécu il y a 700 ans) écrit dans sa responsa (194 ; 242).

On a demandé au Rashba si le cadavre d'un juif apostat rendait rituellement impur une autre personne dans la même «tente». La base de cette question est le principe général selon lequel les cadavres d'autres nations ne transmettent pas d'impureté rituelle de la même manière que le corps d'un Juif. Un Juif transmet l'impureté si son corps est dans la même "tente" avec une personne vivante, tandis qu'un non-Juif n'est une source d'impureté que si son corps entre en contact physique avec une autre personne. Ainsi, la question était de savoir si un apostat cessait d'être un Juif en termes halakhiques. Et la question a été rendue encore plus forte en notant qu'il est permis de facturer des intérêts sur un prêt à un apostat et que son vin est considéré comme du vin de Gentil utilisé pour une libation et est donc impropre à la consommation.

Le Rashba a répondu qu'un apostat transmet l'impureté rituelle de la même manière que n'importe quel Juif . Un apostat peut se voir facturer des intérêts parce que l'interdiction des intérêts est dérivée d'un verset qui fait référence à « votre frère », et cette personne n'agit pas comme votre frère ; il a ainsi abrogé son droit d'être traité en frère. Mais l'impureté rituelle n'est pas liée à la fraternité mais est due à l'amour particulier pour Israël, qui sont appelés "fils" - selon l'avis du rabbin Meir. Quoi qu'il en soit, ils sont appelés fils.

C'est le propre des Juifs d'essayer d'échapper à leurs traits uniques. Cependant, le fait même que quelqu'un écrive un livre intitulé "Comment et quand j'ai cessé d'être juif" est un témoignage du lien fort qu'il ressent avec le judaïsme.

Sur la base de ce que nous avons écrit jusqu'à présent, nous ne devons pas penser que le rabbin Yehuda estime que le trésor unique du judaïsme peut être transféré d'une nation à une autre. Il n'y a aucun moyen que le rabbin Yehuda puisse être accusé d'avoir une opinion qui était la base même du christianisme ! Au lieu de cela, il estime qu'un individu peut perdre son trait de fils. Il ne pense pas que cela puisse arriver à toute la nation.

Et c'est le fondement des traits uniques qui font partie d'Israël depuis qu'il est devenu une nation. Comme l'écrit le Rav Avraham Yitzchak Kook dans ses lettres (numéro 555), la sainteté des Bnei Israël a deux composantes : la sainteté inhérente et la sainteté liée à D.ieu a choisi notre . Une sainteté liée à un trait intrinsèque ne peut jamais être dissipée, mais elle ne se révèle qu'à la suite de notre choix. Lorsque nous décidons d'agir d'une manière sainte et pure, notre trait divin éternel et inhérent se manifeste à travers nous.

[Principes fondamentaux de la philosophie juive - Par le rabbin Oury Cherki, traduit par le Dr Moshe Goldberg]

Articles liés

From Fragmentation to Oneness: The Transformative Power of Emuna

As we navigate the complexities of life, how can Emuna serve as a beacon of hope, resilience, and unwavering trust in the divine orchestration of our lives?

Emuna, the Jewish concept of faith and divine providence, offers a profound perspective on the world and our place within it. It guides us to perceive Creation as a unified whole, where seemingly disparate events and entities are interwoven expressions of a singular divine plan. Through Emuna, we recognize the overarching unity that transcends time and space, revealing the divine light that illuminates all aspects of existence.

Recherche