Liquid error (sections/custom_mobile-menu line 86): Expected handle to be a String but got LinkListDrop
  • Group 27 Connexion

La libération sous les Apparences : Âmes, Abondance et Hiérarchie dans la Torah

La Paracha Michpatim traite en profondeur des lois et des règlements concernant le bon ordre de la société humaine. L'un des principes les plus importants est l'obligation d'éliminer tout préjudice de la société humaine. Le texte nous informe sur les lois relatives aux dommages que les individus s'infligent les uns aux autres. La forme apparemment la plus grave de préjudice est le meurtre. Le texte commence ainsi : "Mais si quelqu'un complote contre son ami pour le tuer par ruse, [même] sur Mon autel, tu le prendras pour le faire mourir." Une personne ne peut pas se cacher derrière le fait qu'elle est au service du Tout-Puissant lorsqu'elle porte atteinte à l'âme de son prochain. 

Ensuite, le texte descend dans la hiérarchie des préjudices, en abordant les préjudices physiques tels que les dommages corporels, tels que "œil pour œil, dent pour dent". Après cela viennent les dommages matériels, par exemple lorsque le bœuf d'une personne endommage le bœuf d'une autre personne. Puis, il y a les lois concernant les actions sans préjudice physique direct, telles que le vol et le pillage. Le texte est donc structuré de manière réfléchie, en commençant par les dommages les plus graves et en progressant vers les dommages moins graves et leur traitement. 

Cependant, il y a ici une surprise. Avant les lois relatives au meurtre, il y avait des lois sur l'esclavage et sur la manière de libérer les personnes asservies. Qu'est-ce que cela nous apprend ? Que le fait de priver une personne de sa liberté est plus grave que de lui ôter la vie. La privation de liberté est plus grave que le fait d'ôter la vie à une personne. Lorsqu'une personne ôte la vie à un autre être humain, elle porte atteinte à son corps biologique, mais pas à son âme. En revanche, dans le cas de l'asservissement, il y a un impact significatif sur la partie la plus signifiante d'une personne - la liberté. 

C'est la raison pour laquelle, la Torah commence avant même les lois sur le meurtre, par les lois sur la liberté et l'esclavage d'une personne. Ainsi, nous comprenons la profondeur des paroles de nos sages lorsqu'ils disent : "Il n'y a de personne libre que celle qui s'engage dans la Torah". La signification est la suivante : si vous voulez vous engager dans la Torah, vous devez être quelqu'un qui aime la liberté. Une personne qui est mentalement ou émotionnellement asservie à une autre personne, à une autre idée ou à une autre idéologie n'est en aucun cas libre d'accepter la Torah. Ou, comme l'a dit Rabbi Judah Halevi, "Les esclaves du temps, c'est-à-dire les esclaves du monde, sont les esclaves des esclaves. Seul le serviteur de Dieu est vraiment libre".

Articles liés

Un pont entre les religions Lettre ouverte à l'islam : Partie 1

Rabbi Oury Cherki's "A Bridge between Faiths: An Open Letter to Islam, Part 1" delves into the intricate dynamics between Judaism and Islam post the 2023 Hamas attack on Israel. The piece probes the philosophical and legal facets of Islam's status in Jewish literature, uncovering points of unity and contention. Cherki scrutinizes Islam's potential for spiritual progress and calls for a nuanced understanding amid the unique historical context. The article accentuates the scarcity of literature exploring Judaism's stance on Islam, presenting itself as a contribution to fostering mutual comprehension.

Cherki elucidates the shared beliefs in monotheism, rejecting God's corporeality and idolatry, while acknowledging differences in their understanding. Notably, he highlights the significance of the Seven Noahide Laws, urging Islam to embrace them more unequivocally for enhanced cooperation. Judaism's recognition of Islam as a sister religion and the potential for collaboration are explored alongside historical perspectives, celebrating the initial affinity between the two faiths.

However, the article confronts substantial disagreements, including Islam's assertion of the nullification of the Mosaic Torah and claims of corruption by Jews. It underscores the necessity for Islam to acknowledge the eternal validity of the Torah and the divine promise of the Jewish return to their homeland. Cherki posits three prerequisites for Judaism to accept Islam as a legitimate religion for all, calling for recognition, abandonment of claims of corruption, and acknowledgment of the divine promise.

Concluding with a call for peace, Rabbi Oury Cherki sets the stage for Part 2, promising an exploration of Muhammad's status, Judaism's potential contributions to Islamic faith, and more. This open letter seeks to build a bridge between the believers in the One God, urging Islamic religious leadership to engage in dialogue on critical issues for future harmony.

Recherche