Accueil » Interrogez le Rav » Interrogez le rav - Concepts de base » Le “Sar” (prince) des nations

Le “Sar” (prince) des nations

Q: Quid du “sar” (prince) de chaque “nation”?

Réponses du rav Cherki en gras dans le texte 

 1) Quid du “sar” (prince) de chaque “nation“… Et est-ce “nation” (goy), “peuple” (‘am), ou “famille (michpat) de la Terre”, d’ailleurs ?…

Le “sar” est l’expression de l’identité collective d’un groupe humain donné. Quand il s’agit de “michpa’ha”, de famille de la Terre, le “sar” est la projection de la volonté de Dieu pour telle famille de la Terre à travers l’Histoire. Lorsque cette “michpa’ha” se constitue en “goy”, c’est-à-dire en nation en tant qu’entité politique, le “sar” se constitue en tant qu’écran entre la divinité et l’homme, contrairement à sa situation lorsqu’il s’agit d’une “michpa’ha”. Le terme “am”, peuple, est intermédiaire entre les deux. Le mot “am”, désigne une famille en devenir de nation. De ce point de vue là le “sar” a également son statut intermédiaire. Il est un ange en devenir d’être prince, c’est-à-dire en devenir d’être un sujet d’idolâtrie éventuel.

2) Quelle en est la nature/structure, s(es) fonction(s) et les lois qui régissent son fonctionnement ? 

Le “sar” est formé par une sorte d’interaction du bas envers le haut. Contrairement à la providence particulière à Israël qui vient de haut en bas, du Créateur envers Israël, le “sar” est un produit spirituel d’une réalité historique. C’est l’Histoire qui a formé les “sarim” (pluriel de “sar”). Ils sont au nombre de 70, parce que 70 est le nombre typologique de la multiplicité. 70 est 7 fois 10, 7 étant le chiffre régissant la nature et 10 le chiffre régissant la perfection. La perfection dans la nature est la multiplicité, la quantité qui se traduit en 70.

3) Quelles sont les définitions, précises, de ces trois notions de groupes humains – “nation” (goy), peuple (‘am), famille (de la Terre) (michpa’hat) – d’après leur acception hébraïque ?

Nation: entité politique et territoriale.

Peuple: entité politique indépendamment du territoire.

Famille: entité qui n’est pas encore constituée comme être politique mais comme un être culturel.

4) Et du “Sar” aux individus qu’il “chapote”, existe-t-il une possibilité d’interaction ?… Je veux dire, comme c’est le cas pour l’âme collective d’Israël, dont les âmes individuelles peuvent influencer, par les mitsvot, les prières, sur le destin général du peuple.

 
Il existe une interaction entre le “sar” et les individus qu’il chapeaute. Mais il y a une différence entre la manière dont l’âme collective d’Israël régit les individus d’Israël c’est pas exactement la même chose. Alors que dans l’âme collective d’Israël, l’individu a une relation essentielle, ontologique, avec son identité collective, de telle sorte que s’il se détache de sa nation il se détache de sa vie, ce que la Thora appelle le “Karète”, le retranchement de la nation. Pour ce qui est des nations, l’individualité reste toujours entière. Souvent nous voyons des individus qui, pour préserver leur identité humaine et morale, jugent nécessaire de se séparer de l’identité nationale à laquelle ils appartiennent, ce qui souvent, à leur mérite, est le produit de leur noblesse de caractère.

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

Rejoignez-nous chaque dimanche à 17h00 (heure française) pour un cours en ligne d’une heure avec le rav Malko Souffir sur les Devoirs des Coeurs de Bahya ibn Paquda.
Inscription ici: https://forms.gle/vJoJLuVTTrVXF6LD6

%d blogueurs aiment cette page :