Dernières nouvelles
Accueil » Vidéos » Vidéos - Vie noachide » Eloul – Ani Ledodi Vedodi Li

Eloul – Ani Ledodi Vedodi Li

Un mois de Techouva

Le mois qui débute en ces jours est un mois spécial, le mois d’Eloul, qui conclut l’année hébraïque. Le mois d’Eloul est traditionnellement la préparation à l’année à venir. Nous voulons commencer la nouvelle année proprement. C’est pourquoi la tradition Orale demande à l’homme de faire Techouva (repentir), et réparer toutes les fautes qu’il a commises, pour entrer dans l’année suivante avec propreté, joie et un service authentique de l’Eternel. Alors que faisons nous pendant ce mois d’Eloul ? Nous nous préoccupons de Techouva. Mais la question est : qu’est-ce que la Techouva ?

La Techouva est optimiste !

Il y a quelque chose dans la Techouva qui fait peut-être un peu peur, qui déprime. Je dois faire mon introspection, chercher où je n’ai pas bien agi. Mais en même temps il y a une grande joie : c’est l’opportunité de faire du nettoyage, de réparer. La Techouva est par essence optimiste. Elle dit à l’homme : Il est vrai que tu peux détruire. Mais exactement de la même manière que tu peux détruire, tu peux aussi réparer. Et lorsque l’homme répare ses fautes, fait Techouva, obtient leur repentir etc. il ne devient pas uniquement propre comme il l’était avant la faute. Il devient plus élevé encore ! Nos sages ont dit : « là où les auteurs de Techouva se tiennent, les Justes ne peuvent se tenir ». Le niveau de celui qui fautait et a réussi à réparer sa faute est bien plus élevé. Ainsi, malgré la crainte, les frissons et la peur qui accompagnent le processus de Techouva, il y a une grande joie dans l’âme du fait que nous pouvons réparer.

Techouva, prière et charité éloignent les mauvais décrets

Nos sages ont dit : « la Techouva, la prière et la charité éloignent les mauvais décrets ». Il y a là trois actions : Techouva, prière et charité. Pourquoi ces trois choses spécialement sont-elles exigées de nous ? C’est parce que dès l’instant où l’homme fait Techouva sur ses fautes, il est préoccupé essentiellement par sa relation avec le Saint béni soit-Il, avec le Créateur. Il risque d’oublier d’une certaine manière sa propre personne ainsi que son prochain. Pour que sa Techouva soit véritable et non une Techouva de fuite des responsabilités, nos sages nous ont invités à combiner ces trois choses. La prière (Tefila) est le retour à la relation normale entre l’homme et le Créateur, entre l’homme et le Lieu comme il est dit en hébreu. La charité (Tsedaka) est le retour à la relation normale entre l’homme et son prochain, entre l’homme et un autre homme. Et qu’est ce que la Techouva ? Elle est le retour à la relation normale entre l’homme et lui-même. Lorsque l’homme faute, il se cause un préjudice surtout à lui-même. C’est pourquoi ce n’est que lorsque l’homme répare ces trois relations : entre l’homme et le Créateur, entre l’homme et son prochain et entre l’homme et lui-même, ce n’est qu’alors que sa Techouva est complète et véritable.

Eloul – Ani Ledodi Vedodi Li

Il y a aussi des enseignements par allusion (remez). Ses adeptes ont dit que les 4 lettres du mot Eloul en hébreu – aleph, lamed, vav, lamed, sont comme 4 initiales des mots : ANI (moi) LEDODI (à mon bien-aimé) VEDODI (et mon bien-aimé) LI (à moi). Dodi, mon bien-aimé, fait allusion ici à Dieu. Il y a ici à mon avis un enseignement d’importance pour toute l’humanité en ces jours. Il y a aujourd’hui une grande lutte entre deux espaces culturels qui se heurtent dans le monde. Le monde occidental, héritier du christianisme et de la philosophie, face au monde arabe musulman, qui se heurtent. Le fondement de leur différent est une question très profonde qu’on ignore souvent : pour la culture occidentale, le foyer de toute l’existence est l’homme, ce que l’on appelle l’anthropocentrisme. Aux yeux du monde musulman, une telle déclaration s’oppose à tous les fondements de la foi. Pour le monde musulman, c’est Dieu qui est au centre, ce que l’on appelle le théocentrisme. Et quel est l’avis du judaïsme ? Place-t-il l’homme au centre ou Dieu? La réponse du judaïsme est comme toujours la synthèse des deux. « ANI (moi) LEDODI (à mon bien-aimé) VEDODI (et mon bien-aimé) LI (à moi) ». C’est le dialogue entre Dieu et l’homme qui est au centre. Lorsque nous fautons, à Dieu ne plaise, nous rompons l’harmonie de ce dialogue. Mais lorsque nous faisons Techouva, nous permettons le retour du dialogue productif et harmonique entre l’homme et le Créateur.

Alors en avant ! Faisons tous Techouva, non pas uniquement sur les fautes individuelles, mais aussi sur les fautes de toute l’humanité, sur les relations erronées entre l’homme et Dieu.

Bonne année à nous et à toute l’humanité, à tous les Enfants de Noé du monde entier,

Chana Tova

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

A propos de Rav Oury Cherki

avatar
Rav Oury Cherki est né en Algérie en 1959. Il a grandi en France et fit son Alyah en 1972. Etudes a la yechiva du Merkaz Harav. Rabbin. Service a Tzahal dans l'artillerie. Il a étudié auprès du Rav Tzvi Yehouda Kook, du Rav Leon Yehouda Ashkenazi (Manitou), et du Rav Shlomo Benyamin Achlag. Rav Oury Cherki dirige le département israélien du Machon Meïr, et le Centre Noahide Mondial - Brit Olam. Il enseigne dans de nombreux endroits à travers le pays. Il dirige la communauté "Beth Yehouda" à Kiryat Moshé (Jérusalem). Auteur de nombreux ouvrages de pensée juive.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :