Dernières nouvelles
Accueil » Interrogez le Rav » Interrogez le rav - Vie Noachide: naissance, mariage, ... » FAQ Noachide – Epreuves douloureuses et foi en Dieu

FAQ Noachide – Epreuves douloureuses et foi en Dieu

Comment garder la foi en Dieu alors que tout indique dans notre vie personnelle que Dieu nous abandonne?

Question:

Shalom, nous avons reçu une très longue question qui décrit des difficultés matérielles et spirituelles qu’a connues une famille de Noahides qui sont passés par plusieurs expériences religieuses et, à chaque fois qu’il y a eu le sentiment d’arriver à bon port, le sentiment que la tranquillité spirituelle allait amener la tranquillité en général, il y a eu des événements douloureux. Etant donné que, personnellement, moi-même et ma famille, nous avons éprouvé un événement douloureux cette année, on m’a demandé de faire part de mon expérience personnelle.

Réponse:

Je voudrais peut-être remettre les choses un peu au clair : les événements douloureux n’ont rien à voir avec la conception du monde que l’on a. On a une conception du monde qui doit toujours tenir compte du fait qu’il y a des choses douloureuses dans ce monde, que l’on soit soi-même le sujet de ces douleurs, ou bien que ce soient les autres. La souffrance des autres est également ma souffrance, même si je n’y participe pas personnellement. Quand parfois la souffrance me touche, moi personnellement, rien n’a changé du point de vue de ma conception du monde. Ce qui a changé, c’est effectivement l’investissement personnel.

On peut dire que, souvent, le fait même d’arriver à une ascension spirituelle expose, justement, à une certaine fragilité qui fait que l’on est parfois plus exposé que d’autres personnes.

La Bible nous dit que « Sheva ipol tzadik vekam, sept fois le juste tombe, mais c’est pour se relever. » Et c’est seulement sept fois, mais pas plus que cela. C’est-à-dire que l’on peut avoir des expériences douloureuses, dans la vie, mais c’est justement ce qu’on appelle « l’épreuve » : c’est l’épreuve d’un ustensile qui est tout neuf.

Vous savez que, lorsque l’on faisait de la poterie, dans l’Antiquité, la poterie était mise à l’épreuve : on donnait un petit coup de marteau sur la poterie et, si cela tenait, on savait que l’ustensile avait été bien fait.

Nous sommes un peu des poteries et nous sommes soumis à des épreuves. La grandeur de l’homme n’est pas d’esquiver l’épreuve, mais de savoir la rentabiliser : savoir faire de l’épreuve quelque chose qui nous grandit, plutôt que quelque chose qui nous abattrait. Ce n’est pas facile.

Evidemment, quand on est dans la souffrance, il est inutile d’entendre des consolations. Mais ce que l’on peut faire, c’est utiliser la souffrance pour transformer la douleur en énergie productive.

Et c’est cela que je peux vous souhaiter en vous faisant participer un peu de mon expérience personnelle : nous avons essayé, moi-même et ma famille, et tout notre entourage, d’utiliser la souffrance très dure que nous avons passée, justement pour faire des forces créatives, des énergies positives qui peuvent transformer le monde.

Alors, je vous souhaite une consolation véritable et totale, à partir de Jérusalem.

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

A propos de Rav Oury Cherki

avatar
Rav Oury Cherki est né en Algérie en 1959. Il a grandi en France et fit son Alyah en 1972. Etudes a la yechiva du Merkaz Harav. Rabbin. Service a Tzahal dans l'artillerie. Il a étudié auprès du Rav Tzvi Yehouda Kook, du Rav Leon Yehouda Ashkenazi (Manitou), et du Rav Shlomo Benyamin Achlag. Rav Oury Cherki dirige le département israélien du Machon Meïr, et le Centre Noahide Mondial - Brit Olam. Il enseigne dans de nombreux endroits à travers le pays. Il dirige la communauté "Beth Yehouda" à Kiryat Moshé (Jérusalem). Auteur de nombreux ouvrages de pensée juive.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :