Je me fie à qui??!

Q: Intérogation d’un noachide, telle la question de l’autorité à suivre en matière de halakha par un noachide, l’étude de la Thora, …

Q: Chalom,

Voici quelques réflexions que je me pose (j’implore votre indulgence pour le style et la syntaxe) :

Le rav Ron Chaya dit qu’un juif ne peut pas enseigner la Torah à un non juif ?

Le rav Haïm Dynovisz dit les 7 mitswoth de Noah “c’est tout” ? pourtant de ces 7 mitswoth en découlent d’autres.

Lorsque je demande au rav Avraham Ifrah si moi, non juif, je peux lire le Likoutey Tefilot, faire Tikoune Haklali et hitbodedout, il me dit : “c’est un devoir pour réparer le monde,de chercher la lumière et le bien qui sont en vous” et que je dois le faire.. ?

Si je peux me permettre, il faudrait peut-être mettre en place des structures bien définies pour éviter des dérives (je pense en particulier à cet américain qui fait des sacrifices, cela ne doit être que le privilège des prètres d’Israël), le seul sacrifice d’un bnei noah à D-ieu est celui de son âme, et si vous le faites véritablement, c’est une recherche de chaque seconde jour et nuit pour créer cette connexion avec D-ieu, je comprends maintenant David et les Tsadikim.

Au séminaire de Lyon, en discutant avec divers personnes, j’ai constaté, que ces personnes regardent tout et rien sur internet, d’autres sont à la recherche d’elles-mêmes.

Y a t-il un ou des rabbins “référents” en France pour aider un bnei noah en recherche, ou doit on vous contacter?

Il faudrait peut-être revenir sur le sens profond de l’engagement noahide et ce qui en découle en plus des 7 mitswoth, avec aussi ses limites. Il y a aussi l’usage du siddour, comment prier, sous quelles formes pour ne pas tomber dans une prières, si je puis dire, du “nombril”, car on doit prier pour donner et au plus on reçoit.

Je m’arrête là,car j’ai encore de nombreuses interogations.

Cordialement

Patrick

R: Chalom,

La question de l’autorité à suivre en matière de halakha par un noachide n’est pas résolue tant qu’une autorité rabbinique incontestable n’est pas établie au sein du peuple juif lui-même, ou même dans le seul cadre du grand-rabbinat d’Israël, pour trancher ces questions. La conséquence pratique est que l’on suit le rabbin qu’on a choisi pour maitre.

Au sein du Centre Noachide Mondial (Brit Olam) nous tentons d’établir un quorum de plusieurs maitres qui peuvent répondre aux questions selon un concensus minimal. En cas de divergences, nous transmettons les deux opinions.

Pour ce qui est de l’étude de la Thora, nous suivons l’opinion de Maimonide selon l’interprétation du Hatam Sofer, qui l’interdit au Goy (=celui qui n’a pas accepté les 7 lois fondamentales) et l’autorise au Ben Noah.

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

%d blogueurs aiment cette page :