Dernières nouvelles
Accueil » Interrogez le Rav » Interrogez le rav - Pratique Noachide » Etudier et pratiquer la Torah pour un Goy
Etudier et pratiquer la Torah pour un Goy
FAQ Noachide - Questions des Enfants de Noé au rav Oury Cherki

Etudier et pratiquer la Torah pour un Goy

Question:

Je suis tombé sur une réponse sur le site Torah Box interdisant aux non juifs d’étudier la Torah, à l’exception de la prière et des 7 lois noa’hides, ainsi qu’éventuellement la Torah écrite. Quelle est votre position?

Réponse du rav Oury Cherki:

Chalom

L’opinion du rav Garcia est une des opinions de la littérature rabbinique. Le Talmud reste la référence ultime dans tout débat de loi juive. L’interprétation du Talmud est sujette à controverse entre les Sages. Pour l’intelligence du sujet, il est nécessaire de présenter la question dans son ensemble. Il y a concernant l’étude de la Thora pour les non-juifs deux principales opinions chez les rabbins:

  1. Maimonide dans son code (Michneh Tora, Melakhim X, 9-10) établit une distinction claire entre le non-juif qui n’a pas accepté formellement la législation noachide (“goy” ou “akoum”) à qui il est effectivement interdit d’enseigner la Thora, et le “fils de Noé” (ben Noach) qui accepte les lois noachides auquel il est permis d’accomplir tout commandement (à l’exception des phylactères et la rédaction des mezouzoth et rouleaux de la Thora – Radbaz sur la règle 10). Selon le ‘Hatam Sofer (Houllin 33a) cela inclut l’étude de la Thora et l’observance du Chabbat. C’est l’opinion que nous suivons. L’acquisition du statut de fils de Noé nécessite une procédure rabbinique selon Maimonide (id. VIII, 10) mais selon d’autres (Ritba sur Maccot 9a) il suffit que les lois noachides soient effectivement observées. Pour ce qui est de contraindre l’application de cette interdiction pour le goy, Maimonide précise dans son responsa ( #148) que cela ne concerne que les temps ou Israël a le pouvoir de l’imposer. Il ajoute également qu’il est permis de dialoguer avec les chrétiens sur des questions de théologie, mais non pas avec les musulmans.
  2. Les Tosfot (Hagiga 13a et Yebamot 48b) interdisent l’observance du Chabbat (et donc également l’étude de la Thora) même au “ger tochav”, c.-à-d. au Ben Noach résidant en Eretz-Israël. C’est cette opinion qui est adoptée par le rav Garcia et qu’on trouve également dans “the divine code” du rav Weiner. Il est important  cependant  de relever quelques  points: 1) Selon le Chiltei Giborim, cette interdiction ne comprend que la Loi orale et non la Bible (opinion reprise par le Gaon de Vilna dans son commentaire du Cantique des cantiques). 2) Tous les enseignements de morale et de pensée sont autorisés.  3) Le rav Chalom Yossef Elyachiv légifère que si un non-juif s’intéresse au judaïsme, c’est un devoir de répondre à ses questions (v. Baba Kama 38a). 4) Le Meïri (Sanhedrin 59a) autorise l’étude à un non-juif si celui-ci est en recherche spirituelle et désire vérifier l’option de se convertir. 5) Le Biour Halakha (Ora’h ‘Hayim #304), repris par le Choneh Halakhot,  se base sur le Magen Avraham pour autoriser l’observance du Chabbat au Ben Noach même selon les Tosfot si l’engagement du Chabbat a été pris au moment d’accepter les lois noachides.

Le fondement de cette controverse réside dans une divergence d’interprétation de l’enseignement de Rabbi Meïr dans Sanhedrin 59a. Maimonide en a tiré une conclusion intéressante dans Chemita-ve-yovel XII, 13. Il me semble que nombre de décisionnaires n’ont pas lu la source citée plus haut dans le ‘Hatam Sofer et n’ont pas remarqué qu’en fait Maimonide est en désaccord avec les Tossfot.

Rav Oury Cherki – Brit Olam – Centre Noahide Mondial – Jérusalem

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

A propos de Centre Noachide Mondial

avatar

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :