Dernières nouvelles
Accueil » Dernières nouvelles » Interview du rav Cherki dans le P’tit Hebdo – Diffuser le message noahide dans le monde
Interview du rav Cherki dans le P’tit Hebdo – Diffuser le message noahide dans le monde
Interview du rav Cherki dans le P'tit Hebdo - Diffuser le message noahide dans le monde

Interview du rav Cherki dans le P’tit Hebdo – Diffuser le message noahide dans le monde

Interview publiée dans l’hebdomadaire P’tit Hebdo n°772 sur la Paracha de Noa’h 5777

Les Bnei Noah, enfants de Noé, émergent des Nations. Sous l’impulsion de Ravs précurseurs, en particulier le Rav Oury Cherki et le Centre Noahide Mondial (CNM), se sont révélés partout dans les Nations des groupes de personnes ayant pour dénominateurs communs leur partenariat sans condition avec Israël et, sur le plan spirituel, le respect des 7 Lois Noahides. D’une existence virtuelle, par le vecteur internet, ces groupes se structurent désormais, autour du CNM et par cette nouvelle initiative : la Fédération Adamique et Noahide (FAN), également impliquée dans la rencontre annuelle des leaders Noahides Européens, à Rotterdam, dans la formalisation d’une structure représentative du Noahisme et dans la création de communautés locales.

Mercredi 19 octobre, une rencontre a ainsi été organisée dans la Soucca du Rav Oury Cherki, directeur du Brit Olam – Centre Noahide Mondial (CNM).  Entretien.  

Le P’tit Hebdo : Vous avez reçu dans votre Souccah, il y a quelques jours, un groupe de Bnei Noah de France. Quel était le sens de cette rencontre ? 

Rav Oury Cherki : La fête de Souccot est l’occasion d’évoquer les messages universels du judaïsme. Cela convenait donc parfaitement avec l’accueil de cette délégation, dont les membres venaient essentiellement de France, dans ma Souccah et dans celle de l’hôtel où ils séjournaient à Jérusalem. Ce groupe, venu pour deux semaines en Israël, a parcouru le pays et a eu des expériences spirituelles importantes, notamment au Kotel. Il a entendu également la vice-ministre israélienne des Affaires étrangères Tsipi Hotovely, qui leur a fait part de l’intérêt du gouvernement israélien pour leur activité. Il est reparti chargé d’énergie positive pour continuer à diffuser le message noahide dans le monde.

LPH : Depuis quand existe cette communauté ? S’agit-il d’un mouvement récent ?

RC : On le retrouve déjà dans la littérature biblique, rabbinique et même talmudique. Nous avons des témoignages de groupes importants de Noahides à l’époque de la Michna et du Talmud. Il est évident qu’avec l’exil, tout cela a été balayé et à l’ère moderne, le mouvement a repris grâce à l’initiative d’un écrivain français, Aimé Pallière (1868-1949), encouragé à devenir le premier Noahide par le rabbin Elie Benamozegh de Livourne. Par la suite, des groupes se sont engagés dans cette voie : je pense notamment à la communauté de San Nicandro, dans le sud de l’Italie, ou à d’autres, dispersées dans le monde. Aujourd’hui, nous découvrons régulièrement de nouvelles communautés, qui existaient déjà ou qui viennent de se constituer.

Ce mouvement a reçu à l’époque une impulsion du Rabbi de Loubavitch et par la suite du Rav Mordeh’aï Eliahou. A l’heure actuelle, il est plutôt centré sur Eretz Israël et l’Etat d’Israël.

LPH : On peut donc dire qu’il est lié au retour du peuple juif sur sa terre. 

RC : Sans aucun doute, cela fait partie du plan du retour. Tant que nous sommes en exil, nous sommes responsables de nous-mêmes, de notre survie immédiate. A partir du moment où nous retrouvons notre place naturelle, le message universel d’Israël découle de cette nouvelle situation, d’une responsabilité qui nous incombe au niveau de l’histoire.

LPH : Comment les Noahides sont-ils perçus par leur entourage ?

RC : Cela n’est pas toujours facile pour eux étant donné que dans leur milieu familial ou parmi leurs voisins, certains ont du mal à admettre leur démarche. Mais dans l’ensemble, ils sont bien acceptés. A Rotterdam, un groupe de 120 familles s’est constitué, aux Philippines, il existe une communauté de 1 000 personnes, et des communautés se forment également aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en Russie et en Ukraine. Le mouvement se développe. Tout un travail doit être effectué par ailleurs auprès de l’establishment, aussi bien au niveau politique en Israël que sur le plan rabbinique.

LPH : Quelle est la motivation des Noahides ?

RC : Dans la plupart des cas, leur engagement résulte d’une déception vis-à-vis du culte religieux qu’ils pratiquaient. Parfois, cela provient d’une recherche d’un sens à leur vie. Ils sont tous conscients que les idéologies et les religions, d’une certaine manière, ont fait faillite et que c’est dans la Tora venant de Jérusalem qu’ils peuvent entendre la Parole du Créateur.

LPH : Doivent-ils prendre un engagement officiel pour être reconnus ?

RC : Nous suivons l’opinion de Maïmonide qui propose que les Noahides fassent une déclaration devant un quorum de trois rabbins qui leur décerne ensuite un certificat. Ils doivent alors reconnaitre la validité des sept commandements, dire que la Tora a son origine dans une révélation faite à Moshé et que l’interprétation de ces lois est conforme à la loi rabbinique. Ces cérémonies assez fréquentes et très émouvantes sont importantes pour les Noahides qui comprennent qu’ils sont passés d’un état à un autre.

LPH : Comment votre mouvement est-il accueilli au sein de la communauté juive et ses dirigeants ?

RC : Nous avons reçu des lettres de soutien de sommités importantes, dont les deux grands rabbins d’Israël, le rabbin Itshak Yossef et le rabbin David Lau, le rabbin Nebenzahl, et de nombreux autres. Tous ces messages ont été réunis dans le recueil de prières que nous avons réalisé en plusieurs langues pour les Noahides. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou nous a également écrit pour nous encourager dans notre action.

J’ai eu l’honneur de rencontrer les représentants du Conseil rabbinique européen réuni à Vienne l’an dernier : ils ont décidé d’établir une commission permanente pour gérer les relations avec les Noahides. Les choses progressent donc bien. Nous sommes également en contact avec le Rabbinical Council of America (RCA) qui commence à s’intéresser lui aussi à la question.

LPH : Quelle dimension prend ce mouvement pour le peuple juif ?

RC : C’est un mouvement qui me semble vital dans le cadre du retour d’Israël sur sa terre et de notre mission et il est d’ailleurs pris en charge par d’autres organisations, mis à part la nôtre. Des initiatives visant à développer le mouvement des Noahides apparaissent un peu partout dans le monde.

Aujourd’hui s’accomplit l’idéal d’Abraham auquel D. a dit : ‘Par toi seront bénies toutes les familles de la terre’. Participer à cet événement de sanctification du nom de l’Eternel est un honneur et un mérite pour tous ceux qui s’y joindront. Nous espérons devenir un phare de valeurs pour l’humanité et renverser la situation de conflits entre civilisations dont nous sommes témoins aujourd’hui.

Avant de conclure, je voudrais rappeler que le 27 Heshvan prochain, date à laquelle Noé est sorti de l’Arche et a reçu les sept commandements, est célébrée la fête mondiale des Noahides.

Pages Facebook :

https://www.facebook.com/groups/1187617964631679/?ref=bookmarks

https://www.facebook.com/Voyages-en-Israël-Events-CommunautairesCultuellesCulturellesTourisme-1152957418048914/?fref=ts

Interview du rav Cherki dans le P'tit Hebdo - Diffuser le message noahide dans le monde

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

A propos de Centre Noachide Mondial

avatar

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :