Accueil » Articles » Articles - Paracha de la semaine » Le message Universel de la Paracha – Matot

Le message Universel de la Paracha – Matot

Pourquoi que sept ?

A chaque fois que nous présentons nos activités, nous sommes confrontés au dédain des auditeurs: « Ah, oui, les sept lois de Noé… », comme si ça ne se résumait qu’à ça. A vrai dire, leur dédain est justifié. Comment pouvons-nous regarder les nations dans les yeux et déclarer que seules sept lois leur ont été transmises? C’est pour ça que Dieu a créé le monde et a élu le peuple d’Israël?! Pour sept misérables commandements? C’est cela l’éthique divine pour tous les peuples du monde? Et encore, si on les énumère, ces sept lois indiquent surtout ce qu’il ne faut pas faire, pas ce qu’il faut faire… (petit exercice: pouvez-vous énumérer ces lois?)

Ces reproches proviennent souvent des Noachides eux-mêmes: « nous avons quitté une structure qui régissait toute notre vie, pour nous retrouver qu’avec ces sept lois. C’est comme si nous avions été mis ‘en attente’. Et une fois que nous les respectons, qu’est-ce qu’on fait? » Les connaisseurs, spécialistes de la loi, rétorquerons immédiatement que sept ne sont pas réellement sept, mais aisément 30 ou plus, par exemple selon l’avis du Gaon rav Chmouel ben ‘Hofni.

Notre Paracha, Matot, s’étend sur les vœux qui permettent aux juifs l’ajout de commandements: en s’engagement oralement à un acte, celui-ci devient obligatoire au même titre qu’un autre commandement. Chez les nations, ça fonctionne un peu différemment : « Si un Ben Noa’h veut pratiquer un des autres commandements de la Torah pour en mériter une récompense, on ne l’empêche pas de l’accomplir selon les règles » (Rambam, Lois des Rois 10, 10).

Il s’ensuit qu’un non juif qui s’est engagé, face à un tribunal rabbinique, au respect des lois noachides selon la tradition d’Israël, peut s’ajouter des commandements. Il a le statut d’une personne qui ‘exécute sans en avoir l’obligation’ et est récompensé pour ses actes.

J’irais même plus loin: nous connaissons l’expression qu’un non juif qui respecte le chabbat est passible de la peine de mort (TB Sanhédrin 58b), or selon ce que nous avons vu, ce n’est valable que pour un non juif qui ne s’est pas engagé au noachisme. Au contraire, un Ben Noa’h qui respecte le chabbat est récompensé pour cela! C’est là l’explication du rav Moshe Sofer (19e siècle) ou encore du ‘Hafets ‘Haïm dans son commentaire Biour Halakha.

Il y a là un développement de la Parole divine pour les nations, qui s’étend à tous les domaines de la vie, et ainsi se réalisera : « Par toi seront bénies toutes les familles de la terre » (Gen. 13, 2).

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

%d blogueurs aiment cette page :