Accueil » Articles » Articles - Croyances » La spiritualité

La spiritualité

L’on ne peut admettre une spiritualité sans matérialité et une matérialité sans spiritualité…

Qu’est-ce que la spiritualité ?

Malgré toute l’abondance d’aspiration spirituelle rencontrée parmi les hommes et femmes, la spiritualité n’est certainement pas un concept aisé à comprendre. Insistons avant tout sur ce que la spiritualité n’est pas : contre toute attente, la spiritualité n’est pas une négation de la matérialité. L’exigence monothéiste du peuple juif – qui est une exigence intégrale – implique que l’on ne peut accepter que le spirituel ait pour prix la négation du matériel ou l’inverse. C’est d’ailleurs pour cette raison que le Dieu de la Bible se fait souvent appeler אלקי השמים ואלקי הארץ – “Dieu du Ciel et Dieu de la Terre”. L’on ne peut admettre une spiritualité sans matérialité et une matérialité sans spiritualité.

Difficile spiritualité

Cependant, le judaïsme se montre indulgent par rapport à ce problème de la sanctification de la matière, prenant en compte le fait qu’il n’est pas toujours facile de spiritualiser et, à plus forte raison, de sanctifier la vie matérielle. L’on peut donc comprendre que l’esprit humain veuille parfois se cantonner uniquement dans le spirituel malgré le prix à payer. C’est la raison pour laquelle il y a une tolérance pour le mode de vie spirituel souvent observé chez les nations : le mystique ou le spiritualisme, parfois extrême.

Chabbat, jour de sanctification de la matière

Le message véritable d’Israël, pour lui-même d’abord et dans un second temps pour les nations, est qu’il faut sanctifier la matière. C’est ainsi que le jour le plus sain de la semaine pour Israël, le jour le plus sain du calendrier de manière générale, le jour où tout se focalise, est le jour du Chabbat. Et l’une des caractéristiques du jour du Chabbat enjointe par la tradition juive est d’y faire des festins. L’on mange beaucoup le jour du Chabbat. C’est donc que l’enjeu de la spiritualité se retrouve dans la matérialité.

Cette espérance a souvent été dénigrée parmi les nations qui ont considéré les juifs comme des matérialistes un peu grossiers du fait qu’ils découvraient la sainteté dans la matière. Or, il faut bien comprendre cela comme une forme d’optimisme, à tel point que l’alliance contractée entre Dieu et Israël se réalise à travers l’organe de la reproduction, qui est la matérialité absolue. C’est toujours cette idée que l’on peut sanctifier la matérialité qui est à la base du commandement de la circoncision, l’acte de propriété de la terre d’Israël. Cela signifie que l’enjeu terrestre peut réussir à travers une sanctification de la vie corporelle.

Son et lumière

Une erreur d’un autre type est également trouvée, celle de considérer la spiritualité comme étant une inspiration prophétique. Toute spiritualité n’est pas nécessairement prophétique. La prophétie est la parole de Dieu adressée à l’homme (voir article sur ce sujet). Il y a dans la spiritualité l’idée d’une lumière, d’une illumination, alors que dans la prophétie se trouve l’idée d’une écoute, d’une parole qui est transmise à l’homme. L’on passe de l’impersonnel du spirituel au personnel de la révélation. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas, pour accéder au degré de la prophétie, traverser des strates de spiritualité. Mais il faut savoir qu’il y a une différence fondamentale entre la spiritualité qui appartient encore au domaine de l’humain et la révélation qui appartient au domaine de la relation de l’Eternel envers sa créature.

La spiritualité donc a ses dangers, mais elle a également ses bienfaits à ceux sachant la manier de manière bénéfique. Qu’il s’agisse de l’homme en tant qu’individu ou de l’homme en tant que collectivité, qu’humanité, ou simplement en tant que créature de Dieu.

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

%d blogueurs aiment cette page :