Accueil » Articles » Articles - Concepts de base » Qu’est-ce que le noachisme?

Qu’est-ce que le noachisme?

Nous sommes arrivés à un moment de l’histoire où il est devenu important qu’Israël révèle enfin ce qu’il a à dire à l’ensemble de l’humanité.

Qu’est-ce que cette loi de Noé dont parle le judaïsme? C’est une branche du judaïsme qui n’est pas tellement connue, ce qui est bien dommage vu qu’il s’agit de quelque chose d’extrêmement actuel de nos jours. Pour bien comprendre de quoi il s’agit, on va devoir revenir à l’origine.

Trois dimensions

Le bonheur des hommes, tel que le raconte la Bible, dépend entre autres d’une relation normale, saine, envers le Créateur du monde et envers son prochain. C’est ce que l’on appelle dans la tradition d’Israël les commandements dits בין אדם למקום – concernant la relation de l’homme envers son Créateur, et la relation de l’homme envers son prochain que l’on appelle en hébreu בין אדם לחברו. On ajoute parfois une troisième dimension, à savoir le rapport de l’homme envers lui-même, que l’on appelle בין אדם לעצמו. Tout un programme est présenté dans la Torah d’Israël, destiné à amener les hommes à une harmonie totale entre ces trois dimensions.

Israël et les nations

Ce n’est un secret pour personne, la manière dont ce but est réalisé pour les hommes est différente selon les nations. S’agissant de la nation d’Israël, il y a ce que nous appelons la Torah, les 613 commandements, qui sont destinés à ce que l’on appelle une nation de prêtres. C’est-à-dire que le peuple juif a une vocation de prêtrise au niveau collectif, en tant que nation, et c’est pour cela qu’il a besoin d’une série extrêmement détaillée, minutieuse, de commandements avec énormément de règles, c’est ce que l’on appelle les 613 commandements de la Torah. Par contre pour ce qui est de l’ensemble de l’humanité, la Torah a un projet parallèle, celui que l’on appelle la religion ou la spiritualité des fils de Noé. Celle-ci comporte toute une législation, tout un mode d’approche de la divinité et une approche de son prochain qui est particulière à l’humanité. La Torah porte en elle, d’une certaine façon, deux traditions différentes : une tradition qui est destinée à Israël et une autre tradition qui est destinée aux nations. Cette tradition qui est destinée aux nations doit être aujourd’hui mieux étudiée, mieux comprise, plus enseignée qu’avant. Effectivement, nous sommes arrivés à un moment de notre histoire où il est devenu très important qu’Israël révèle enfin ce qu’il a à dire à l’ensemble de l’humanité. Pendant à peu près deux mille ans, vous le savez bien, Israël a été persécuté. Par le mot Israël il ne faut pas entendre l’Etat d’Israël mais bien le peuple juif. Nous étions donc dans une situation où nous devions tout d’abord veiller à nous-mêmes, à notre survie, à nous en sortir de toutes les persécutions dont nous étions l’objet et donc nous n’étions pas à même de faire entendre notre message à l’humanité. Aujourd’hui, les choses, grâce au Ciel, ont changé. Le peuple juif est revenu sur sa terre, sur la terre des prophètes, cette terre dans laquelle la parole du Créateur du monde doit se faire entendre, et une des missions du peuple d’Israël est aujourd’hui de communiquer à l’ensemble de l’humanité le message particulier de la Torah d’Abraham et la Torah de Moïse. Il y a pour cela ce que l’on appelle un statut particulier, le statut du non juif qui est intéressé à accomplir son existence, à parachever sa moralité à la lumière de l’enseignement d’Israël. Ce statut est celui que l’on appelle « noachide », c’est-à-dire membre des nations, de la gentilité, qui veut recevoir les instructions de la Torah d’Israël et qui pour cela vient étudier chez nous.

Au travail !

Il y aurait donc aujourd’hui beaucoup de choses à faire. Il s’agirait d’élaborer des écoles, des lieux d’étude, des lieux de rencontre où cet enseignement noachide pourrait être transmis. Il s’agit fondamentalement de l’accomplissement de sept commandements, les sept commandements de la loi de Noé, majoritairement d’ordre négatif : l’interdiction de l’adultère, de l’idolâtrie, du blasphème, du meurtre, du vol, de la consommation d’animaux vivants et le devoir d’avoir des tribunaux. En fait tout cela n’est qu’une toile de fond, c’est un point de départ, à partir duquel peut s’élaborer toute une stratégie de connaissance du Créateur, toute une stratégie d’organisation de la société qui doit s’élaborer en collaboration avec les sages des nations et les sages d’Israël.

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

%d blogueurs aiment cette page :