Dernières nouvelles
Accueil » Articles » Articles - Au fil du temps: calendrier, fêtes » Psaume 47 – Dieu s’élève dans les hauteurs parmi les acclamations, l’Eternel, au son du chofar
Psaume 47 – Dieu s’élève dans les hauteurs parmi les acclamations, l’Eternel, au son du chofar
Photo by Wikimedia Commons - Psaume 47 - Dieu s’élève dans les hauteurs parmi les acclamations, l’Eternel, au son du chofar

Psaume 47 – Dieu s’élève dans les hauteurs parmi les acclamations, l’Eternel, au son du chofar

Le Psaume 47 (ci-dessous) est lu sept fois consécutivement par l’assemblée à la synagogue avant la sonnerie du chofar les deux matins de Roch Hachana. Il nous révèle combien la fête de Roch Hachana est universelle et combien nous aspirons au temps où Israël et les nations, ensemble, couronneront l’Eternel.

L’expression « battez des mains » du deuxième verset peut être compris de diverses manières. L’association à des clappements de joie est évidemment la première à venir à l’esprit (Metsoudot), mais ce n’est pas la seule explication possible. Les mains se joignant peuvent aussi être celles de deux personnes entamant une danse (Rachi) ou encore la tape de main signifiant l’accord et l’engagement à accepter la royauté divine (rabbi Mendel de Kotsk, suivant le verset des Proverbes 6, 1). Ces trois explications ne se contredisent pas mais se complètent, exprimant dans toute sa splendeur la joie et l’engagement commun d’Israël et des nations, reconnaissant que « l’Eternel est élevé, redoutable, un grand roi sur toute la terre » (v.3).

Cette image idyllique d’Israël et des nations, main dans la main, est pourtant bien vite ternie, puisque le verset suivant déclare « Il a soumis des nations à notre empire, jeté des peuples sous nos pieds » [ndT : la traduction du rabbinat a été conservée, bien qu’il semble que le temps du verset soit le futur et non le passé]. Comment espérer que les nations se réjouissent avec Israël et en même temps leur souhaiter d’être « jetés sous nos pieds » ? N’est-ce pas honteusement dégradant ? La clé est dans la bonne compréhension du terme yadbèr, traduit ici soumis mais qui signifie plutôt guidés. C’est là la mission d’Israël, devenir une lumière pour les nations, et le jour où cela se réalisera, les nations avec Israël se réjouiront de vivre à la lumière de Dieu, orgueil de Jacob.

S’ensuit le protocole de couronnement de Dieu aux sons du chofar :

« Dieu s’élève dans les hauteurs parmi les acclamations, l’Eternel, au son du chofar » (v.6).

Cette cérémonie est accompagnée de chants et de mélodies joyeuses résonnant dans le monde entier :

« Chantez Dieu, chantez ! Chantez notre roi, chantez ! Car Dieu est roi de toute la terre : entonnez un solennel cantique. » (v. 6-7)

L’hymne au Roi aurait pu se conclure ainsi. Mais la mélodie de ce Psaume n’est pas terminée, et c’est justement une fois qu’il est clair que Dieu règne sur les nations et les royaumes qu’elle prend une tournure particulière :

« Dieu règne sur les peuples, Dieu siège sur son trône de sainteté. » (v.9)

Dieu règne certes sur tous les peuples, mais ceux qui l’entourent sont ses fidèles serviteurs :

« Que les plus nobles d’entre les nations s’assemblent le peuple du Dieu d’Abraham ! » (v.10).

Qui sont ces « nobles d’entre les nations » ? Rachi explique : « qui ont été prêts à se sacrifier et être tués pour la sainteté de Son nom ».

Cette explication correspond bien avec la suite du verset, « peuple du Dieu d’Abraham », fidèles à Abraham qui fut prêt, selon le midrach à être jeté dans la fournaise dans sa jeunesse ou, selon la Torah, qui fut disposé à sacrifier son fils dans sa vieillesse.

Ces « nobles d’entre les nations » – qu’ils s’agissent de convertis ayant rejoint le « peuple du Dieu d’Abraham » ou qu’ils s’agissent de sages des nations, de Noachides, se joignant à Israël et désirant se lier à ses voies – ont une valeur inestimable aux yeux du Maître du Monde. Ce sont eux les « boucliers de la terre » sur lesquels le monde repose.

C’est par ces « boucliers de la terre », qui suivent la voie de notre patriarche Abraham, que nous concluons la première des 18 bénédictions de la amida, la bénédiction des patriarches, avec l’expression « bouclier d’Abraham », soulignant ainsi que c’est précisément à la lumière d’Abraham, « père d’une multitude de nations », que nous désirons marcher, et remplir notre mission de préparer l’univers au règne du Tout-Puissant « par toi seront bénies toutes les familles de la terre » (Gen. 12, 3).

Il n’y a pas de conception plus élevée que celle-ci, et c’est avec elle qu’il convient de chanter dans la joie et l’allégresse « de Dieu relèvent ceux qui sont les boucliers de la terre: Il est souverainement élevé » (10).

Chana Tova aux Noachides du monde entier

(Article original en hébreu du rav ‘Hanan Porat de mémoire bénie sur le Psaume 47, traduction Brit Olam)

  1. Au chef des chantres. Par les fils de Coré. Psaume.
  2. Vous tous, ô peuples, battez des mains; faites retentir des cris de joie en l’honneur de Dieu!
  3. Car l’Eternel est élevé, redoutable, un grand roi sur toute la terre.
  4. Il a soumis des nations à notre empire, jeté des peuples sous nos pieds.
  5. Il a choisi pour nous notre héritage, l’orgueil de Jacob qu’il affectionne. Sélah!
  6. Dieu s’élève dans les hauteurs parmi les acclamations, l’Eternel, au son de la trompette.
  7. Chantez Dieu, chantez! Chantez notre roi, chantez!
  8. Car Dieu est roi de toute la terre: entonnez un solennel cantique.
  9. Dieu règne sur les peuples, Dieu siège sur son trône de sainteté.
  10. Que les plus nobles d’entre les nations s’assemblent le peuple du Dieu d’Abraham! Car de Dieu relèvent ceux qui sont les boucliers de la terre: il est souverainement élevé.

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

A propos de Centre Noachide Mondial

avatar

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :