Dernières nouvelles
Accueil » Articles » Articles - Au fil du temps: calendrier, fêtes » Prendre ses Responsabilités à Roch Hachana

Prendre ses Responsabilités à Roch Hachana

Roch Hachana est l’anniversaire de la création de l’homme, ‘l’Anniversaire de l’Humanité’…

Roch Hachana est l’anniversaire de la création de l’homme, ‘l’Anniversaire de l’Humanité’.

Traditionnellement, les juifs ne fêtent pas leur anniversaire, à l’exception de leur Bar Mitsva – où les garçons atteignent leur majorité religieuse. Cette exception mise à part, les anniversaires ne font pas partie de la culture juive. S’il est fait mention d’un anniversaire dans la Thora, c’est dans le livre de la Genèse chapitre XL verset 20, lorsque Pharaon célèbre son anniversaire, résultant en l’exécution du maître panetier !

Cependant, au début du XXe siècle, la question a été posée au rav Yossef Haim de Bagdad, mieux connu sous le nom de Ben Ich ‘Hai, si les filles devraient également célébrer leur majorité religieuse à l’âge de 12 ans. Il répondit qu’il s’agissait d’une bonne idée et ajouta que, de manière générale, il était recommandé de marquer les anniversaires, ces jours étant propices à l’introspection et à la Techouva.

S’il est admis dans le monde occidental de prendre de bonnes résolutions pour la nouvelle année, celles-ci tournent rapidement à la dérision. Or, le judaïsme recommande de prendre au sérieux toute résolution entreprise. Une amie à nous dont les parents ont participé à la Résistance lors de la seconde guerre mondiale nous a raconté son histoire et son adhésion au judaïsme. Son père était juif, sa mère protestante. La famille de sa grand-mère maternelle était catholique et était l’une des 200 familles les plus influentes de France. Notre amie était trop jeune pour connaître son père lorsque ses parents se sont séparés. Elle fut donc élevée avec sa sœur cadette par leur grand-mère catholique, leur mère n’étant que très rarement à la maison, trop occupée à subvenir aux besoins de ses enfants et sa mère. Notre amie grandit ainsi dans un mélange catholico protestant. Par la suite elle étudia le droit, émigra aux Etats-Unis et devint l’une des avocates majeures de l’une des 500 plus grandes entreprises de haute technologie des USA. Elle vivait à Silicon Valley et vers la trentaine commença à s’intéresser à l’histoire de sa famille. L’idée que son père, décédé jeune, était juif, la fascina et la poussa à étudier le judaïsme des seules sources qui lui étaient disponibles, le judaïsme réformé, l’amenant à se convertir une première fois. Des études plus approfondies l’entraînèrent à effectuer une seconde conversion, cette fois conservative. Enfin, quelques temps plus tard, elle entrepris sa troisième conversion – au judaïsme orthodoxe.

Ce qui l’attira dans le judaïsme, me raconta-t-elle, était que, contrairement au christianisme, la responsabilité de chacun sur ses actes était absolue. Notre libre arbitre est absolu. Si nous ne remplissons pas nos obligations, nous sommes responsables. Nous sommes responsables de nos bonnes actions comme de nos mauvaises, de nos actions comme de nos inactions, de respecter les normes ou de les enfreindre, et même de nos négligences. Viendra le temps où chacun récoltera les fruits et subira les conséquences de ses actions et inactions. Ceci est notre vision du monde. Un réseau de relations, présentes, passées et futures, et un libre arbitre sans limite. Nous tentons, réussissons, échouons. Et nous faisons des erreurs.

Bien entendu, tout doit être entrepris pour réparer nos erreurs, qu’elles soient volontaires ou involontaires. Pour cela, il est nécessaire de prendre du temps pour faire sa rétrospection et son introspection. Ce temps, nous le prenons à l’approche de Roch Hachana et lors de ce jour lui-même où nous remettons de l’ordre dans nos pensées. Toute l’année nous sommes occupés. Nous avons eu des réussites, nous avons parfois échoué, nous avons manqué des opportunités – nous pouvons en être fiers ou déçus. Mais il ne fait aucun doute que les choses doivent retrouver leurs proportions, nous devons revenir aux sources, tel que nous le trouvons dans les prières de Roch Hachana:

  1. מלכויות: Dieu est le Créateur, Souverain et Maître. Nous agissons sous Dieu.
  2. זכרונות: Nous ne vivons pas qu’au présent. Nous sommes le résultat de l’Histoire telle qu’elle nous a été léguée par les générations antérieures, avec le bon et le mauvais. De ce fait, nous avons également une responsabilité pour les générations à venir. Chaque génération, à son tour, sera mise dans une situation pour laquelle elle ne pourra être reprochée, mais elle sera néanmoins tenue entière responsable de son comportement.
  3. שופרות: Nous devons nous efforcer d’entendre l’appel de Dieu. Lors des temps bibliques, il était certes plus aisé pour certaines personnes, les prophètes, de connaître la Parole de Dieu. Aujourd’hui la tâche est plus ardue. Nous prions de ce fait que Dieu “sonne le Chofar” de notre délivrance. Car notre statut d’être humain se mesure essentiellement par notre libre arbitre. Un serf n’a qu’une responsabilité très restreinte. Plus nous sommes responsables, plus notre statut est élevé. C’est un des enseignements majeurs du judaïsme.

Ainsi, Roch Hachana, le Nouvel An, est le moment de se souvenir, revenir à nos origines, redéfinir notre voie. Prenons le temps, entre Roch Hachana et Yom Kippour pour des corrections de dernière minute dans nos méfaits et omissions. Demandons notre expiation lors du Jour du Grand Pardon, Yom Kippour, débutons l’année avec la fête de Soucot et AU TRAVAIL, faisons de votre mieux dans notre service de Dieu et remplissons nos obligations de notre mieux, avec l’aide de Dieu.

Chana Tova !

Rabbi Yeshayahu Hollander

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

A propos de Rav Yeshayahu Hollander

avatar

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :