Dernières nouvelles
Accueil » Articles » Articles - Au fil du temps: calendrier, fêtes » Chavouot – La Loi Orale et les Noachides

Chavouot – La Loi Orale et les Noachides

Il est important de réaliser que pour comprendre un texte juif il est nécessaire de savoir quelle école il reflète…

La fête de Chavouot marque la célébration du don de la Thora. Que s’est-il réellement passé en ce jour ? Le récit du Décalogue (dix paroles et non dix commandements) est mentionné deux fois dans la Bible, une première à Exode 19-20 et une seconde au Deutéronome 5.
Selon l’avis de Rabbi Yehoshoua ben ‘Hannania, nous avons entendu les deux premières paroles du Décalogue, le reste ayant été donné à Moïse lorsqu’il se trouvait seul au Mont Sinaï. Si ce jour commémore cette incroyable expérience des Enfants d’Israël, la Thora, évidemment, est un texte bien plus vaste : Les Cinq Livres de Moïse ou « Thora Ecrite » – par opposition à ladite « Thora Orale ».
En réponse à de nombreuses questions, je voudrais aborder quelques utilisations du terme « Thora Orale ». Commençons par un exemple :
Si vous cherchez « Thora Orale » dans une encyclopédie ou sur Internet, vous trouverez diverses définitions, la plupart accompagnées d’une idéologie quelconque. Par exemple, prenez cette remarque : « Le contenu du Talmud, partie orale accompagnant la Thora, ayant été transmis avant la Bible écrite. » Il est vrai qu’une partie du Talmud, les lois Noachides, existait avant même que les Enfants d’Israël soient descendus en Egypte ! Donc bien avant que les Cinq livres de Moïse aient été écrits. Mais nous est il possible de savoir combien le débat talmudique sur les lois Noachides reflète la tradition orale du temps de la maison d’études de Chem, le fils de Noé ? Nous ne pouvons pas le savoir.
Cependant, le Talmud traite de tant d’autres sujets, telles les lois rabbiniques datant d’après la destruction du second Temple – ceux-ci n’ont certainement pas été « transmis avant la Bible écrite ». Comment des personnes sérieuses et honnêtes peuvent faire de telles affirmations générales ?
Comme de nombreux termes anciens, l’expression « Thora Orale » a, justement, de nombreuses utilisations. Les définitions varient selon le contexte dans lequel la tradition orale est traitée, et en fonction des différentes bases idéologiques. Une vision classique dite « contemporaine » veut que la « Thora Orale » signifie tous les livres d’étude et toute idée ayant été développée depuis l’époque de Moïse – voire avant cela – à travers les Prophètes, la Michna, le Talmud, tous les Sages, jusqu’au jour où cette étude se déroule. Cette vision inclut les connaissances contemporaines. Cette vision s’appuie sur cette idée merveilleuse que toute pensée est déjà contenue dans les paroles des Cinq Livres de Moïse, et tout ce qui a été développé depuis est une élaboration inévitable de ces mots. Cette idée est fréquemment à l’origine de commentaires très intéressants.
Une autre vision est celle des historiens: la “Thora Orale” est un corps de savoir, de compréhensions, d’élaborations, de règles de comportement, de traditions, de Lois, d’hala’hot, en développement perpétuel. Selon d’autres écoles, la « Thora Orale » peut inclure les études de la mystique juive. Dans la plupart des universités, l’expression « Thora Orale » est utilisée dans un sens très restreint, se référant aux quelques interprétations de la Thora écrite contemporaines à la Bible, expliquant les termes et concepts nécessaires à la compréhension des Cinq Livres. Puisque le but des universitaires est la description du développement des ouvrages étudiés en Yechiva, il est important de faire la différence entre ce qui a été écrit à l’époque du Premier Temple, du Second ou au 16e siècle. Alors que dans de nombreux lycées, tout ce qui s’attache au judaïsme et ne fait pas partie de la Bible est considéré « Thora Orale ».
Qu’est-ce que tout cela apporte aux Noachides?
Il est important de réaliser que pour comprendre un texte juif il est nécessaire de savoir quelle école il reflète. De nombreux juifs érudits font des erreurs à ce niveau, et de nombreux débats d’envergure à travers les générations tournent autour de ces idées. Alors tout ce que je peux vous dire est : « Soyez prudents », et pensez, pensez, pensez, demandez, demandez, demandez. Dites même peut-être la prière de Rabbi Ne’hounia ben Hakana. Il avait l’habitude de réciter une prière avant de débuter son étude et lorsqu’il finissait. Ses amis lui demandèrent : quelles sont ces prières que tu récites ? Il leut répondit : « lorsque j’entre, je prie que je ne causerait pas de tort, et lorsque je sors je remercie le Seigneur pour mon occupation ». Cette prière est élaborée dans le commentaire de Maïmonide :
En entrant qu’est-ce qu’on dit?
Que ce soit Ta volonté, Ô mon Dieu, que je ne fasse pas d’erreur de jugement, ni que je faillisse à prendre la bonne décision, que mes amis aient du plaisir par mes paroles, et que mes amis aussi ne se trompent pas et qu’ils me procurent du plaisir.
En sortant qu’est-ce que l’on dit ?
Merci, Ô mon Dieu, que mon occupation ait été dans la Maison d’Etudes et non dans les Maisons de Vanités ; car je me lève et ils se lèvent : je me lève tôt pour étudier la Thora et ils se lèvent pour des vanités ; je marche et ils marchent : je marche et reçois un salaire, ils marchent et n’ont pas de salaire ; je cours et ils courent : je cours en avant vers une vie future et ils courent vers le néant éternel.
J’ajoute personnellement une prière pour vous : Que le Dieu tout Puissant vous aide et vous oriente dans vos études !

  Was this post useful or helpful to you? Please consider supporting our projects.

A propos de Rav Yeshayahu Hollander

avatar

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :